Discours de lancement de campagne de Christophe Rouxel

Je voudrais revenir quelques mois en arrière, pour mieux nous projeter vers les années à venir, avec le parti communiste et Fabien Roussel. Revenir du coup sur ce qui a motivé mon engagement en novembre dernier, auprès des communistes de France et de son porte parole, candidat à la dernière présidentielle.

 J’ai tout de suite apprécié sa façon d’être, son humanité, son ouverture, son attention  portée aux exclus.

Fabien Roussel est gaucher et veut aller gauche au but.

Lors des meetings, son corps s’engage, son corps est en mouvement, pour mieux incarner un projet, un récit, une jeunesse d’esprit, une volonté de chercher des solutions nouvelles, réalisables et simples.

Il  se bat contre les autres et  les idées des autres, en s’imposant une  discipline née d’une élégance naturelle et du respect de l’autre, même si parfois de fortes oppositions les séparent. Nous savons trop que cela ne rend pas heureux de sans cesse rentrer dans le lard des autres. La haine, les humiliations entraînent des jours malheureux.

Avec Roussel on n’attend pas le Grand soir, mais plutôt les beaux petits matins, sans baisser la garde quand à  notre volonté de Paix, sans baisser les bras, en restant en vigilance tout le temps ; car tout semble inachevé quand on baisse la garde, quand on ne reste pas vigilants, quand on oublie les gestes d’accueil.

Monsieur le camarade Roussel, au cirque d’hiver, cite de Gaule, Mandela, Jaurès, Mitterrand, Obama, le pape, Angela Merkel…  Avec ces citations, il fait entrer  le parti communiste français et la gauche française dans le 21° siècle.

De son coté, il n’a pas renoncé à ses valeurs morales. Lui, il s’est construit entre une grand-mère qui l’emmenait à l’église le matin et un grand père qui l’emmenait au meeting du parti communiste l’après-midi.

Lui même aurait pu aussi, dans un geste de paix, prendre la main d’Helmut Kohl. Il sait et le redit clairement que les nationalismes sont précurseurs de tensions et de guerre.

Il veut faire renaître la gauche et pudiquement il veut la faire jouir. Il en a marre des solutions punitives et propose de croire en la prospérité. Peut-on être plus clair et plus simple ? Il ne veut pas que l’on s’emmerde !  Il reste calme,  il met de l’humour autour des hologrammes des uns, du bifteck et du pinard des autres, du ruissellement et des apéritifs.

Il n’oublie pas d’utiliser un mode nouveau pour une pédagogie accessible, simple et populaire, quand il propose par exemple et comme symbole d’une bienveillance innée, que tous les enfants français aient pu voir au moins une fois la mer et la neige en montagne avant d’entrer au collège. Le tout pour un milliard d’euros qui seront trouvés par des taxes sur les vols de jets privés et autres. Il rajoute « avec joie » et un sourire malicieux, que ceux là qui peuvent se promener en jet privés seront en fait heureux eux aussi d’offrir ainsi ces séjours aux enfants. Voilà un exemple enfantin et doux, d’une humanité réelle, concrète, dite sans bruit ni fureur,

Son Programme et celui du parti communiste entre et prend corps aujourd’hui pour les législatives avec le rassemblement des 4 grands partis de Gauche réunis dans la septième circonscription de Loire-Atlantique et ailleurs.

Alors bien sûr, on doit, pour se rassembler, savoir mettre un peu de côté quelques positions des uns et des autres qui nous empêcheraient sinon d’avancer. Il reste beaucoup de travail à faire. Mais tout ceci est passionnant et vertigineux, car tout est en mode « accéléré ».

Molière en son temps a proposé ceci  « Être ensemble en restant soi même. Être ensemble dans une communauté humaine, rester nous-mêmes tout en acceptant les autres ; un compromis sans compromissions ».

Cela doit être possible si on sait accueillir et si on accepte d’être accueilli.

Parmi un grand nombre de propositions qu’il n’est pas question de re-lister ici, je voudrais mettre en avant notre volonté de tout faire pour que toutes et tous puissent« Manger sain et à sa faim  et dormir dans des lits et dans des maisons ! C’est quand même un comble que dans notre pays si riche nous en soyons encore à redire cela.

Nous voulons accélérer le processus de  l’égalité salariale hommes et femmes ! Quelle incroyable injustice qui dure et dure encore ! Comment peut-on encore accepter qu’une différence de 245€ net existe, dans le privé, entre un homme et une femme sur un salaire médian?

Mais aussi, peut-on encore accepter que l’on puisse gagner moins de 1500€ par mois pour vivre ? Un salarié du privé sur 10 se contente en ce moment de 1319€ net par mois. Et on devrait dire Amen…

Non devons nous occuper des plus faibles et des plus fragiles sinon à quoi bon se dire socialiste ou communiste ou écologiste socialiste ou plus simplement de Gauche ?

Des solutions financières sont proposées, je n’y reviens pas ici. Il y a de l’argent.

L’Argent, l’argent, l’argent !!! Ce sont les premiers mots de la campagne que Fabien Roussel a su nommer, en insistant justement !

L’Argent, il y en a, il en  coule des milliards sur les comptes en banque d’une infime minorité de gens. C’est inouï ! Toutes ces  fortunes gagnées sur le travail des hommes et des femmes de nos pays, dans le monde entier. Et le pire n’est pas chez nous !

C’est terrible quand on pense à certains travailleurs manuels, et tant d’autres…. Ils méritent d’être mieux considérés et partir en retraite avant d’être complètement épuisés ; eux qui se cassent les reins, les mains, les dos, les os sur les chantiers les plus durs, dans les travaux à la chaîne, dans des usines et autres endroits difficiles comme les abattoirs.

Il faut « mieux partager toutes ces richesses indécentes » qui ont créé cette aristocratie nouvelle, post industrielle, inapprochable.

Car jusqu’à quand les gens  accepteront-ils cette soumission, cette maladresse des très riches, pour parler gentiment ? !

Il leur faudra couper encore des têtes ? Je veux croire en une autre solution plus gracieuse et moins énervée ; il est encore possible de rêver, de magnifier l’utopie et de  passer à l’acte politiquement, démocratiquement, pacifiquement.

Quand à l’écologie, soyons clair et allons droit au but. L’ultra libéralisme économique, disons le capitalisme, n’a plus à cette heure qu’un seul grand adversaire, impitoyable, cruel, né en son sein, Ce seul grand adversaire se nomme : « Le destructeur de l’humanité » et donc la fin du système capitaliste. Cet adversaire a mis la main sur le climat, les eaux polluées, les sols asséchés, la terre fatiguée d’absorber trop de doses de produits toxiques. Ce seul adversaire est une progéniture-monstre créée par les Hommes et cette progéniture-monstre à bientôt 10  milliards de mâchoires est prête à avaler plus de 10 milliards d’êtres humains et les espèces animales et végétales.

Face à ce crime annoncé, ce carnage irréversible, on peut fermer un œil pour ne pas se faire traiter de pessimiste et de triste personnage, mais un seul œil alors ; car la menace gronde terriblement et nous sommes tous avertis de ces choses là maintenant. Il nous faut ouvrir grand les yeux. Il y a urgence. Arrêtons nous de nous voiler la face.

Il n’est bien entendu pas question de créer de la pauvreté en protégeant la nature.

Et cette remarque dans un programme comme le notre, qui défend un meilleur partage des richesses, n’est ni anodine ni un souhait mais une obligation.

Et pour finir, choisissons  de jeter  un regard neuf, curieux, attentif, à la jeunesse.

Elle est informée, sur informée peut-être même, et cela peut compliquer une implication dans les actes politiques, car elle ne sait pas trop par quel bout commencer.

Elle est en revanche prête à mener la guerre contre les dégâts de la surabondance.

Elle est aussi en recherche de sens et de plaisirs.

Elle mérite donc qu’on l’écoute beaucoup plus.

Elle est prête à agir, elle agit déjà pour sauver la planète.

Si elle manque d’armes, proposons lui des armes inoffensives et des moyens de mettre en œuvre cet immense chantier planétaire qu’est la sauvegarde de l’humanité.

Il nous faut aller vers la jeunesse, dialoguer avec elle, beaucoup, à fond, nous expliquer, et qu’eux nous disent aussi les raisons qui les détournent de la politique. Qui parfois, les dégoûtent même !

Ils ont besoin de réponses claires aux promesses non tenues !

Car tout le souci est là, on ne peut plus rien promettre en politique qui ne peut pas être mis en place.

C’est pour nous, la clé pour regagner la confiance des plus jeunes. Ne soyons ni négligents ni paresseux ! 

Je vais terminer en lisant les dernières lignes d’un texte de Wajdi Mouawad. C’est un texte pour le théâtre. Il se nomme « Forêts ». J’ai mis en scène et joué ce texte  de 2017 à 2019 avec mon Théâtre Icare. Il est question justement des promesses ! Et disons que c’est aussi un hommage rendue à huit générations de femmes entre la fin du 19° siècle et la fin du 20°.

Une jeune fille qui s’appelle Loup, parle à sa maman, devant  la tombe de sa maman :

Maman,

J’entends la marche du temps auquel j’appartiens

Et même si

Aujourd’hui encore

L’hécatombe semble si proche de nous,

Même si j’entends la rumeur inquiétante d’une guerre,

Je sais que je suis Loup et que mon cœur a traversé le siècle….

Ton corps enfin dans la terre,

Je vois un horizon complet se dégager devant moi

Et c’est effrayant

Effrayant de grandeur et de profondeur

Je vois tout à coup l’espace qui s’en va là-bas

Jusqu’au nord

Jusqu’au sud

Jusqu’à l’est

Et jusqu’à l’ouest…

Maman

Depuis toujours,

L’orage gronde dans nos vies,

La mienne qui commence

La tienne qui se termine.

Moi qui croyais être liée par mon sang au sang de mes ancêtres

Je découvre que je suis liée par mes promesses

Aux promesses que vous vous êtes faites.

Et que vous avez tenues.

Vie sauvée, vie perdue, vie donnée.

Lorsque je serai en proie au tourment,

Je répéterai vos noms comme un talisman contre le malheur.

Odette, Hélène, Léonie, Ludivine, Sarah, Luce, Aimée, Loup

Comme une promesse tenue à jamais.

Voilà !! Je te promets Véronique de tout faire pour t’emmener défendre nos souhaits à l’assemblée nationale. Maintenant c’est à toi.

Merci à vous.

Je rejoins la campagne

    Merci pour votre soutien!
    Un mail de confirmation vous a été envoyé depuis l'adresse email [email protected] Pensez à l'ajouter à vos contacts si vous souhaitez recevoir nos futures communications.